KECTH4-site5.jpg
Visuel-Prix_FabSign_FS-2022.jpg

Dossier de presse

Prix Fabuleuse Signature 2022

Communiqué de presse

Prix Fabuleuse Signature 2022

PRIX FABULEUSE SIGNATURE 2022
FONDATION SIGNATURE - INSTITUT DE FRANCE

Le Prix Fabuleuse Signature de la Fondation Signature, doté de 10 000 euros, est destiné à récompenser une jeune femme venue en France pour vivre sa vocation artistique. Cette jeune artiste, qui aura terminé son parcours purement académique, au métier déjà affirmé et reconnu par ses pairs, devra avoir fait le choix de la France comme lieu de résidence et de travail. Les candidates seront peintres, sculpteuses, graveuses, photographes, danseuses, chorégraphes, musiciennes, compositrices...


La distinction de la Lauréate du Prix repose sur un Jury composé de trois collèges :
• Tout d’abord des membres de l’Académie des beaux-arts y représentent les différentes sections de leur Compagnie et la large variété des spécialités qu’elles composent.
• Ensuite, les personnalités extérieures vont apporter au Jury leur propre appréciation enrichie de leur connaissance du milieu des arts et de la culture.
• Enfin les Institutions dites « viviers » proposeront des noms de jeunes femmes issues ou non de leur école, dont elles auront suivi, apprécié, remarqué, au-delà de leurs années de formation, l’épanouissement de leur talent.
Le Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris
L’École nationale supérieure des Arts Décoratifs
L’École normale de musique de Paris Alfred Cortot
La Villa Médicis - Académie de France à Rome
École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris

Membres du Jury : Régis Campo, de l’Académie des beaux-arts (Composition musicale), Simon Cnockaert, directeur de l’École Normale de Musique de Paris - Alfred Cortot, Émilie Delorme, directrice du Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris, Érik Desmazières, de l’Académie des beaux-arts (Gravure), Claire Gibault, cheffe d’orchestre, Dominique Issermann, membre de l’Académie des beaux-arts (Photographie), Sarah Koné, directrice de la Maîtrise populaire de l’Opéra-Comique Natalia Logvinova Smalto, fondatrice, Jean de Loisy, directeur de l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris, Anne Poirier, membre l’Académie des beaux-arts (Sculpture), Sam Stourdzé, directeur de la Villa Médicis - Académie de France à Rome, Président du Jury, Emmanuel Tibloux, directeur de l’École nationale supérieure des arts décoratifs.

Lapis-MedailleFabSign.png

L’évolution des sociétés dans tous les pays développés, l’action des pouvoirs publics et les initiatives privées ont conduit au long de ces dernières années les femmes à occuper des fonctions qui longtemps ne leur étaient pas ouvertes dans le monde politique, économique, scientifique, administratif. Dans le domaine culturel au contraire, les femmes ont souvent joué un rôle de premier plan.
Aujourd’hui dans une société ouverte sur le monde, où les Nations accueillent et s’enrichissent d’échanges féconds, il revient aussi aux femmes venues d’autres pays d’être, dans le domaine culturel, de formidables stimulatrices irradiant de leurs talents le secteur culturel : peintres, graveuses, danseuses étoiles, musiciennes, compositrices... sont autant de graines qui se nourrissent de leur terre d’accueil pour lui offrir en retour des bouquets de fleurs comme autant d’hommages et de remerciements
.

EGAPPM-Site.jpg

“Le Prix Fabuleuse Signature de la Fondation Signature, décerné à une artiste nourrie d’autres horizons et d’autres identités mais remarquable par son talent, entend mettre en avant le génie créateur de femmes ayant choisi la France comme terre d’élection pour l’éclosion de leurs rêves créateurs.”

SaeEunPark-site1.jpg
2F61A11-Site.jpg

Si l’on tente d’imaginer parmi les artistes d’origine étrangère ayant récemment révélé leur incomparable talent dans l’hexagone, on pense tout de suite à la danseuse sud-coréenne Sae Eun Park, nommée « étoile » du Ballet de l’Opéra de Paris par Alexander Neef, le 10 juin 2021, à l’issue de la première du ballet Roméo et Juliette.
Photo : extrait du magazine vidéo Octave / OnP.


D’une autre époque, on peut évoquer la peintre et graveuse Mary Cassat (1844-1926), issue d’une famille américaine descendant d’immigrés français. C’est à Paris qu’elle décide de se former et de s’établir en 1871. Amie de Degas, Berthe Morisot, Pissarro et des Impressionnistes, elle réalise en France l’essentiel de sa carrière. Illustration : Self-Portrait, vers 1880, gouache et aquarelle sur graphite sur papier. National Portrait Gallery, Washington DC.